Ghianis D wreck, Egypt. Photo by Stephane Rochon.

A dive site atlas made by divers for divers
Enjoy and contribute!

Trip: Bahamas with Blackbeards 2015

Written by Robert Ouellet show Robert Ouellet profile

Monday November 17 2014 03:17:37 AM

Date: from Apr 11, 2015 to Apr 18, 2015

Dive trip description:

7 jours sur le Blackbeards, avec la possibilité de faire 20 plongées.

Croisière sur le Blackbeard’s 2015

Lors de notre voyage à Hawaï, à l’escale de retour de San Francisco, alors que nous bavardons dans la file d’embarquement, un Canadien Anglais nous interpelle.  Il a compris que l’on parlait de plongée, et comme il était plongeur lui-même…  Plus tard dans la conversation, la question des plus belles plongée est venue, et sa réponse fut le Blackbeard’s.  Il était très positif, et comme j’avais déjà regardé ce qu’ils proposaient, l’intérêt a grandi. Nous étions en Juin 2014

En Octobre 2014, nous avons acheté un forfait pour avril 2015. Puis, nous avons commencé à attendre. Vol sur Delta acheté via Expédia, et forfait de plongée directement avec le Blackbeard’s.

Vendredi

Le 10 avril, vers 3 heures du matin, nous sommes partis de Sherbrooke.  Nous étions en plein hiver. Arrivé à Dorval vers 5 heures, ce fut un peu court pour l’embarquement, mais comme les places éraient réservées, il y avait moins d’inquiétudes.

Le passage des douanes américaines est long, au point que l’on surveille l’heure. Pas de Hors taxes, le temps est trop court. Et, une fois assis dans le petit Endavour, le pilote nous informe en direct, sans micro, que nous aurons du retard, car il y a un problème hydraulique.  Nous partirons une heure plus tard. Conséquence fâcheuse, car l’escale de 1 h 30 à JFK devient un intervalle de 30 minutes.  Et il faut passer du terminal B au terminal C (C62).  D’autres personnes du même vol vont manquer leurs avions… Mais de notre côté, nous aurons même le temps de magasiner un petit déjeuner.  Les croissants mangés entre Sherby et PET sont loin. Lors de l’attente, j’entendrai même du Bon Iver…

Le vol de JFK à Nassau se fait dans un plus grand avion, qui n’est pas plein à capacité. LN ira donc squatter une rangée de 3 sièges pour dormir.  Moi, je dors sur mon siège…

A l’arrivée, surprise agréable.  L’aéroport est bien, vaste, et agréablement aménagé. Une fois les douanes passées, l’on se trouve un taxi qui conduit à gauche. Et l’on prend la direction du Nassau Harbour Club and Marina (NHCM). A l’arrivée, ce sera une surprise… Et pas positive.  Le NHCM semble en rénovation, même si aucun ouvrier n’est sur place.  Les portes de verre sont sales (blanchies, comme pour cacher des travaux qui ne se font pas), les salles sont vides, il y a des échafaudages, mais qui ne servent pas. Bref, le foutoir.  Et en plus, la dame de la réception nous laisse clairement entendre qu’on la dérange. A la réception, l’on rencontre une jeune Québécoise (Rébecca) qui n’a pas réservée, mais qui se cherche une chambre (qu’elle obtiendra finalement).  La chambre est éclairée au néon, pas de chaises, un lit.  Sommaire. La chambre de Rébecca sera pire, en regard de la propreté, particulièrement.

Mais dès que les valises sont dans la chambre, l’on va voir le bateau. Surprise, il y en a deux.  Le Morning Star et le Sea Explorer.  L’on sera sur le SEX (contraction du Sea EXlorer).  Et l’on découvre que si l’on part bien le samedi vers 15 heures, l’on revient le jeudi soir. Pour l’instant, ils terminent le ménage du bateau, et nous attendent dès 9 heures, le samedi matin.

La suite des choses prend la forme de l’exploration du Centre d’achat en face, nanti d’un Liquor Store, d’un Starbucks (avec WIFI), d’une épicerie. Nous tenterons aussi de changer le vol de retour, mais comme nous ferons cet essai le samedi, ce sera sans succès. On se rabat sur  une réservation au Towne Hotel. Souper le soir au Montagu Gardens,situé à 5 minutes de marche du NHCM.  Bon repas, mais le restaurant a besoin de rénovations.

Samedi

Réveil tôt, et déjeuner au Starbucks. Les joies du WIFI…Puis on ferme à nouveau les bagages, pour les amener au bateau. Là, on vide les valises, et on confie les bagages à l’équipage, pour les entreposer durant la semaine.

Parlons de l’équipage.

Le capitaine Brandon, un Virginien de 25 ans. Porte des verres soleil du matin au soir. Il commence pour Blackbeard’s (2 semaines) et Mark (le proprio de Blackbeard) sera avec lui toute la semaine afin de parfaire sa connaissance des Ways Points et de la zone. Et avec raison, car toute la semaine, je regardé le profondimètre, et sauf exception, nous étions à 12-15 pieds de profondeur. Et souvent les têtes de corail affleuraient l’eau de surface. Et les iles se ressemblent passablement, sans trop de relief… Mais le GPS est bien documenté sur la localisation des sites de plongées. Par ailleurs, tous les sites sont pourvus de bouées installés par Marck pour amarrer le bateau, et éviter d’endommager le corail en jetant l’ancre.

Le matelot …Anders, directement de Suède. Famille de plongeurs.  Il travaille pour Blackbeard’s depuis 4 mois. Sa copine travaille sur le Morning Star.

Le Dive MasterEitan Newman., Israélien, arrivé de ce côté (Caraïbes) sur son propre bateau, qu’il tente de vendre. Il fait de super briefing de plongée avec toujours une période sur l’espèce marine qu’on est susceptible de voir sur ce site de plongée

La cuisinière Callula Breugem , qui nous arrive d’Afrique du Sud.  5 pieds de peine et de misère, mais souriante, et surtout, elle cuisine bien, dans un espace de la grandeur d’une salle de bain.  Chaque repas sera bon, gouteux, et mes assiettes vont me rassasier, sans problème. Son copain, aussi d’Afrique du sud travaille sur le Morning Star. Pour travailler Callula devait se jucher sur un petit tabouret afin d’avoir accès à tous ses compartiments.

Mark. Propriétaire et matelot pour la semaine… Il travaillait avec Brandon pour parfaire la formation de Brandon sur les circuits du Sea Explorer.

Reprenons la journée de samedi. Une fois les bagages dans les cabines, ou monte la veste, et le premier étage sur le réservoir.  Le diner se fait sous forme de sandwiches (ce seront les seuls). Et l’on bavarde, en attendant d’être au complet. A 15 heures, on largue les amarres, et c’est le départ. Une heure plus tard, nous sommes sur le site PACKMAN, et l’on va à l’eau, enfin. Puis la plongée terminée, l’on s’efforce de prendre la routine.  Le souper prendra la forme de lanières de bœuf avec profusion de légumes grillés. Puis la soirée se déroule en bavardant, alors que le bateau se dirige vers son lieu de mouillage.

Dimanche

Le bateau installé à une bouée, on commence à plonger.7 h 41, on amorce la journée sur CLOSE MON. Puis un long déplacement en bateau, pour arriver sur FLAT ROCK (17h41) et terminer avec une plongée de nuit sur PARROT FISH REEF à 20h12.

Lundi

Trois plongées seulement au compteur. La journée commence vers 8h10 sur DANGER REEF, puis à 12h03, SHARK REEF, et à 15 heures, on plonge sur JEEP REEF, plongée qui durera 74 minutes. Après un arrêt à l’ile aux cochons, nous finirons la journée sur une ile, en Marina. On pourra même aller prendre une bière au Staniel Cay Yacht Club.

Mardi

Quatre plongées pour cette journée. On débute avec JAKE DROP OFF, puis ce sera AMBER JACK REEF (13h43).  A 16 h 46, nous ferons WHALE TAIL WALL et la journée se terminera vers 19 h 47 (43’) sur HAMMER HEAD GULCH. Cette dernière plongée en étant une de nuit.

Mercredi

Encore 4 plongées.  On débute sur l’épave du AUSTIN SMITH pour une plongée au requin. Une nué de poissons se présente pour cette plongée (9 h 19). Un de ces poissons passera une partie de la période du lunch entre les bras de ma blonde. En effet, nous sommes accrochés au bastingage de l’épave, et le poisson a choisi de se placer entre les deux bras d’Hélène. Puis le bateau se déplace pour BLACK TIP WALL (11 h 41).  Enfin, à 15 h 05, nous passons le WASHING MACHINE. Trippant ! La plongée se fait sur un courant provoqué par un étranglement entre deux iles, et est assez puissant, au point de provoquer des vagues de 3 ou 4 pieds. Pour cette plongée, Eithan nous enjoint de mettre tout le matériel, palmes aussi, de nous ranger les uns derrière les autres, de chaque côté du bateau.  Puis celui-ci remontant le courant, l’on se jette du bateau comme des paras, mais en flottabilité négative… Le courant, assez puissant, nous aspire aussitôt, et nous emporte dans une spirale ou l’on perd vite le sens de haut et du bas. C’est un véritable tourbillon, ou le plongeur est totalement dominé par la puissance de l’eau. Une fois le courant calmé, la plongée devient une dérivante, assez rapide En faisant surface, j’ai estimé que la dérive nous avais permis d’émerger à plus de 2 km de notre point de départ. A 19 h 08, ce sera sur LOBSTER NO LOBSTER que la 4e plongée aura lieu, après une chasse au Lion Fish, en apnée, et au harpon.

Jeudi

A 7 h 49, nous descendons sur CRAB MOUNTAIN, puis à 12 H 44, nous ferons le célèbre BLUE HOLE. Cette plongée (la 20e de la semaine) terminera en beauté mes 17 plongées. Ensuite ce sera au foc que l’on rentrera sur Nassau, visible depuis le BLUE HOLE. Finale de voyage haute en couleur...The Blue Hole est une dépression presque parfaitement circulaire, dotée d'un rebord s’avançant au-dessus du vide, et d'une caverne. 

Tout le fond est plat, et surgit le cercle, par 35 pieds de fonds.  Le cercle fait 100 pieds de large.  A 75 pieds, on retrouve la caverne. En entrant dans le site, une tortue géante, accompagnée de 3 poissons pilotes a surgit. L'une des plus grosses, sinon, la plus grosse que j’ai jamais vue. 

Par la suite, ce sera murènes, raies, tortue dormante, murène, et un ver.  Comme nous étions dans les derniers, et que manifestement, l'on voulait bruler tout notre air, l'on a observé les bulles de plongeurs qui traversaient le corail, alors que tous étaient remontés, pour émerger un peu partout autour du trou à une distance de 10 à 15 pieds.

Souper sur le bateau, à quai, puis sortie dans un bar, à proximité du NHMC. Bonne conversation avec Jason et Ed. Plusieurs ont pris une douche au NHMC, mais moi, j’ai trouvé que c’était trop…sale.

Vendredi

Dormi sur le bateau.  Petit déjeuner léger, et on vide les cabines. Une fois les bagages rassemblées, et transportés au NHMC, c’est le départ, et les adieux.  Sara et Daniel vont aussi au Towne Hotel.

Dès l’arrivée, on voit le contraste entre le Towne et le NHMC.  Le hall du Towne est chargé de décoration, et on sent la recherche. Notre chambre est au second étage, et donne sur une cour intérieure en U.  Au rez-de-chaussée, une petite piscine, et des chaises et des tables couvertes de parasol. La chambre semble propre. A peine dans la chambre, que je me douche.  Puis repos, et durant le repos, LN explore les environs (lire les boutiques). On saute le diner, et vers 15h00, on se dirige vers la rue principale, qui longe la rive de l’Ile. 5 monstres nous y attendent. Les bateaux de croisières sont énormes et déverses jusqu’à 2 000 personnes chacun.  Vers 19h00, la ville est vide, les bateaux ayant quittés le quai. On soupe au Sharkeez Tiki Barau son d’un saxophoniste qui tente de séduire les croisiéristes qui se hâtent vers le havre…. On poursuit l’exploration de la ville, mais après une heure, la fatigue gagne, et nous rentrons.

Samedi

Réveil et petit déjeuner au Towne. Puis expédition vers …les boutiques, L’on prendra le diner dans un BK, et on poursuivra l’assaut sur les boutiques. Souper au Towne. Très correct.

Dimanche

Réveil matinal. A 4 heures 45, on descend, car le taxi doit arriver pour 5 heures. Trajet à gauche pour l’aéroport.  Déjeuner au Dunkin’s Dunuts (pas un souvenir impérissable), puis un premier vol vers Atlanta. L’aéroport comprend un métro pour se déplacer entre terminal… J Le second vol est sur YUL.  On récupère l’auto, puis c’est la route pour Sherby.

Le bateau

Ce n’est pas un quillard, car la quille est remplacée par un lest de plomb qui va de la proue à la poupe. Nous étions 19 plongeurs, et 5 équipiers. La capacité du bateau est de 24 passagers, Nous étions à la cabine 6, couchette du bas et Rébecca occupait le second étage. La zone la moins intéressante se situe au carré, car nous y circulons tous. Par ailleurs, personne ne passait beaucoup de temps dans les cabines…  Hélène croit que la meilleure zone, c’est celle de la pince, soit les cabines 1 à 4. La douche est à côté du carré.

Autour de la baignoire extérieure, toutes les vestes, et les réservoirs sont connectés sur un réseau de tuyaux pour remplir les réservoirs dès la sortie de plongée.  On n’a qu’à démonté le premier étage, et fixer le connecteur au réservoir. A l’intérieur, deux tableaux (IN & OUT) avec des étiquettes permettent de signaler la situation des plongeurs.  On est OUT dans l’eau et IN une fois revenu sur le bateau. On commence la plongée en faisant un pas de géant de la gauche ou de la droite du bateau, d’une hauteur qui doit faire 8 pieds.  Tenez votre masque… La plongée terminée, on remonte à bord via une échelle, qui fait figure d’escalier, sur l’arrière du bateau.

Un équipier prend les palmes du plongeurs, et un autre le conduit jusqu’à son emplacement pour la veste. On retire la veste, et on va récupérer les palmes. Puis c’est le badge de localisation, a transférer du OUT au IN.

Puis, on peut s’intéresser au plateau de fruits, ou au dessert de Callula. Ensuite, c’est le jeu de cache-cache avec le soleil, ou son alternative, le crémage. L’ombre est rare sur le bateau, et l’espace de la baignoire est couvert d’une toile, qui passe par-dessus le baume de la grande voile.

Entre deux plongées, le bateau se déplace, allant d’un point à un autre. Puis, on sent le bateau ralentir, et commence alors la recherche de la bouée, qui sert à marquer le site de plongée, et surtout l’ancrage du bateau. Une fois le bateau taqué à la bouée, Eitan annonce dans les trois espaces un préavis de briefing de plongée.  Les briefings se font avec un schéma du site, et souvent il ajoute une discussion liée à la plongée[1], puis avec la discussion autour de l’espèce marine de la plongée. Puis, on enfile les shorty et wetsuits, on vérifie la pression d’air, on met la veste, ajuste les sangles et enfile les palmes, puis on fait le saut de géant, suivi du signe « tout va bien». Commence ensuite le plaisir…

Au moment des repas, Callula venait sonner la cloche de brume, installée sous la baume. Les repas sont servis dans le carré, Callula installe des plateaux avec les différents choix, et comme dans un buffet, l’on monte son assiette. Puis, on remonte du carré, sur l’échelle, en tenant son assiette, ses couverts, son café ou son verre de vin… S’il y a de la houle, alors, on fait deux voyages.  Certain mangeaient à la table du carré, mais plusieurs remontaient pour manger, installés sur les bans de la baignoire. Les plongeurs se servaient d’abord, puis c’était le tour de l’équipage. La bière, pression, est accessible sur le pont, à partir d’un mitigeur à bière. Le vin est disponible au verre, à partir du carré.

Au hasard de la météo, et des déplacements, il y a des arrêts plaisants. Pour notre part, ce fut l’ile des iguanes (raisins fournis pour les nourrir), puis l’ile des cochons sauvages, et le même soir, un arrêt à quai, sur une petite ile…pourvu d’un bar! J Ce fut plaisant, et la tangue, même si on avait le pied sur un sol ferme, était doublement … préoccupante au sortir du bar.

Les plongées

Nous étions là pour cela, alors parlons-en… Le programme proposait 20 plongées. J’en ai fait 17, et Hélène 15. 4 plongées par jours, dans ce cadre, je n’ai pas trouvé cela dur physiquement.  Le plus difficile, c’est d’enfiler le shorty encore humide…

Probablement pour tester nos capacités, les trois premières se font en petite profondeur.  Puis, on augmente les possibilités. Pas de très grandes profondeurs, mais tout de même 30 mètres, sur un grand mur. L’avantage, c’est que sur le site JEEP REEF, j’ai allongé mon record de durée qui est passé à 74 minutes, et ce toujours avec ma provision de sécurité de 750 lbs d’air. Est moi, ou cette semaine-là, la visibilité était moins bonne (~50’). Et anecdote, je me suis fait dire souvent «First In, last out». La température de l’eau à varié de 77°F à 79°F, ce qui fait qu’en  shorty, ça allait. Mais nous n’étions que trois en shorty… Dès la première plongée, j’ai réalisé que mes palmes Cressis étaient cassées toutes les deux.  Alors les 17 plongées se sont faites sans puissance au niveau du palmage. Inutile de dire que les palmes sont restées à Nassau au retour! Durant la semaine, on a eu droit à  un peu de tout. Nous avons fait une plongée avec une dérivante (Washing Machine), plongée aux requins (les nôtres étaient petits) 2 plongées sur des tombants, plusieurs plongées autour de récifs dans 25 mètres d’eaux, deux ou trois plongée de nuit, une plongée aux aurores et nous avons terminés avec une Plongée dans le Blue Hole.  De tout, pour tous. Pas de Nitrox sur le bateau.  Air seulement.

 

Nassau

Peu à dire.  Mais ce qui impressionne c’est le système de porte verrouillée des différents commerces, que l’on déverrouille à distance. Et aussi, les gardiens de sécurité, présent dans de nombreux commerces, ou les barbelés, visibles partout, pour empêcher l’accès à un espace entre deux maisons. Les policiers sont à la hauteur des cartes postales. La conduite se fait à gauche, mais les véhicules ont autant la conduite à droite, ou à gauche.

L’itinéraire

C’est assez compliqué que de rebâtir le parcours du Sea Explorer. Les noms des sites de plongées sont ceux de Blackbeards Cruise. On ne les retrouve pas sur les sites de plongeurs.  Mais voici ce que je crois que le bateau a eu comme parcours. Les sites de plongée sont en bleus, et le numéro fait référence à la nomenclature des plongées. Pour des photos, et la cartes, contactez moi ouelletrobert@hotmail.com

Mon bilan.

Premier constat, les vingt plongées sont très abordables. J’ai 17 plongées de plus au compteur, et Hélène 15 de mieux. Grace aux briefings d’Eithan, je ferai dorénavant des paliers d’une minute si je dépasse le 80’, puis je ferai mon palier de sécurité, à quinze pieds. La notion de flottabilité négative ou positive est acquise. La toilette n’est pas des plus confortables, mais pour le plaisir des 20 plongées, c’est un tout petit irritant.


[1] Palier de sécurité lors de plongée en grande profondeur, décompression, liens avec la vie marine, plongée en flottabilité négative, 

 

 

Modified: Wednesday November 30 2016 04:03:49 AM
Hits: 949

No dive log
community menu

My Scuba

  • My Profile
  • My Travel Map
  • My Dive Sites
  • My Logbook
  • My Trips
  • My Pictures
  • My messages
  • Invite Friends

Online Divers


No Members and
379 Guests Online

Advertise

Wannadive.net 24/24

Wannadive.net on your mobile

Google Play Application

RSS All the RSS feeds of Wannadive.net

Newsletter All news by email

Friends of Wannadive